23° Rencontres du Cinéma Sud-Américain


Du 13 au 19 Juin 2021

 

RESSENTIR, REPENSER le Monde

 

 Le Cinéma est un ART majeur, il peut intégrer tous les autres Arts. Il crée objectivement un champ propre et un autre parallèle : l’écran avec tous les lumières de la réalisation d’un part et de l’autre, la  salle obscure remplie de pensées, d’idées, de préjugés de multiples histoires personnelles.

Le cinéma est capable de produire  un formidable phénomène d’INTER-ACTION aux conséquences quasi magiques. L’impact des images, de la musique, des histoires envahit le public, le transporte dans une autre réalité qui l’attrape et élargit la dimension mentale de chacun.

  Le Cinéma est donc, un acte Collectif et en conséquence un acte Social et  » Politique » au sens noble du terme

  L’objectif de nos Rencontres est d’offrir une Programmation et un Espace  de Rencontre pour que ce phénomène  d’INTER-ACTION se réalise. Et qu’ensuite, qu’il revienne comme un boomerang créatif vers les réalisateurs et réalisatrices. Les moments d’échanges, de débats, d’applaudissements, de questions, de critiques … et le VOTE du public…. vont dans ce sens.

 Le regard des cinéastes servent de loupe sur la VIE, et ses diverses facettes. Une loupe qui peut les influencer.  C’est encore une autre « INTER-INFLUENCE ».

                SENTIR, RESSENTIR, REPENSER avec le Cinéma …tel est le thème moteur des  prochaines 23es Rencontres .

       La programmation  aura un sens large et toujours Latino-américain. Des histoires qui font plaisir, qui font pleurer, qui donnent envie de faire partie ou de s’opposer, par exemple au gouvernement de Bolsonaro, …. aux massacres en Colombie, … à la répression au Chili …

        On trouvera dans la programmation des sujets qui peuvent contribuer à  » repenser  » et mettre une pause sur la vitesse brutale de la vie. Une pause qui aide à critiquer cette vie-là et peut-être, aussi à proposer des changements dans le bons sens.

           Parafraseando al gran Ruben  Darìo,en su prosa « El velo de la reina Mab »sur  le DON des Arts :

 » … con el velo  azul de los sueños »  la reina Mab …..  « envolviò a los 4  artistas  destruìdos por la pobreza … Sus pechos,cesaron de estar tristes porque penetrò en ellos  la esperanza y  el Sol alegre en sus cabezas.. » y « desde entonces donde flota el sueño azul, se piensa en el porvenir como en la aurora y se oyen risas  que quitan la tristeza y se bailan extrañas faràndulas…alrededor de un blanco Apolo,de un lindo paisaje,de un violin viejo de un amarillento manuscrito »… »  de un bello film.

En paraphrasant le grand Ruben Dario dans son essai « Le voile de la reine Mab » sur le DON des Arts :

« …avec le voile bleu des rêves, la reine Mab… enveloppa les 4 artistes détruits par la pauvreté… leurs cœurs ne furent plus tristes parce que l’espérance y pénétra et le soleil joyeux entra dans leur tête… et depuis lors, là ou flotte le rêve bleu on pense à un avenir comme l’aurore et on entend des rires qui effacent la tristesse et on danse d’étranges farandoles autour d’un Apollon blanc, d’un joli paysage, d’un vieux violon, d’un manuscrit jauni »… d’un beau film.

       « Repenser »  pour  aller vers l’avant,  dans un  long  parcours  jusqu’à « VIVRE BIEN », au « BIEN ÊTRE ». Ce que les Communautés indigènes appellent  « SUMAK KAWSAY » : ils ont la Nature comme sœur, les ethnies et  les autres Civilisations comme parents, l’égalité entre Femme et Homme comme norme. Aider à visionner  une autre Économie sans crises cycliques. … Donner priorité aux SCIENCES et aux ARTS comme un Bien Public. Vivre dans une Démocratie qui s’ouvre à la participation. C’est une utopie ? C’est un rêve ? C’est un scénario de film ? Une chose est sûre : il ne s’agit pas d’un « rêve » comme celui « américain » des années 50 qui plongea le Monde dans le mensonge. 

  Nous souhaitons qu’à la sortie de la salle le public ait  senti la joie d’avoir passé un beau moment et reçu quelques réponses à des enjeux difficiles … surtout en ce moment, gardant ce duo inséparable de la Confiance et l’Empathie pour éloigner toute sorte de pessimisme.

        Le CINEMA est SOURCE d’Humanité grâce au talent des réalisateurs, réalisatrices  et de ses équipes. Une des ces options, c’est le CINEMA LATINO-AMERICAIN. 

      Pour ces raisons, malgré les difficultés nous maintenons avec force les RENCONTRES DU CINEMA Sud-Américain sans négliger, bien sûr, de respecter toutes les précautions sanitaires.

      Abrazo fraternel et heureux de votre présence aux 23es Rencontres. 


Leonor Harispe
Présidente de l’ASPAS
Coordinatrice des Rencontres du Cinéma Sud-Américain

Retrouvez tout le programme en ligne!